Ittre, une région de grand intérêt géologique

Les géologues belges et étrangers viennent y étudier le socle ancien du Brabant et son métamorphisme, ainsi que les zones de contact, témoins des différents plissements anciens (calédonien et hercynien).

L’érosion des rivières a mis à nu le vieux socle du massif brabançon et l’on découvre ainsi une succession des terrains de l’ère primaire (site du monument des résistants). Ce massif continue à monter imperceptiblement à l’échelle humaine, mais sensiblement à l’échelle géologique, en témoigne l’encaissement des rivières, les reprises d’érosion, les méandres abandonnés des vallées.

Le volcanisme brabançon

De nombreuses manifestations d’un volcanisme ancien datent de l’ashgillien. On y rencontre entre autres :

- le cratère d’un volcan à Quenast (10 km d’Ittre) : micro-diarite quartzifère

- les dacites ignimbrites du Bois des Rocs à Fauquez

- les fines couches de cendres volcaniques de Fauquez

- des intrusions, des filons variés.

Il existe notamment un filon de galène, en face des Papeteries Arjo-Wiggins de Virginal, en bordure de l’ancien canal. Peut-être qu’en rafraîchissant l’affleurement, pourrait-on le retrouver et le protéger en tant que témoin du passé ?

Malgré la présence de tant de roches, le paysage n’est pas ardennais. Sa douceur est due à la couverture des plateaux par les couches horizontales des sables bruxelliens avec ses grès fistuleux typiques reposant sur des argiles yprésiennes, tous du tertiaire.